Rentrée de l'AIAPA avec Ferrante Ferranti le 30 sept. au Château de Lourmarin... Les inscriptions aux cours continuent (voir site: nos cours...)

Vous êtes ici :   Accueil » "La découverte du monde" luciana Castellina
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Activités
 ↑  
Voyages
Rubriques
Saveurs

LUCIANA CASTELLINA

La découverte du monde

Présentation de Jean Daniel
Traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli
Paru en librairie le 1
7 avril 2013
 

 
 
Castellina la_decouverte_du_monde.jpgA Partir du journal intime qu’elle a tenu entre 1943 et 1948, Luciana Castellina  , figure historique –et dissidente- du Parti communiste italien , dialogue avec la jeune fille qu’elle a été , à une époque clef de l’histoire de l’Italie. Une éducation sentimentale et politique, une invitation au bonheur et à la rébellion permanente, loin de tout prosélytisme et de tout héroïsme.

« Tant qu’il y aura des vies et des témoignages comme celui de luciana  Castellina sur la découverte du monde, tout ne sera pas sombre autour de nous  ». Ettore Scola
1943-1948 : une période fondamentale pour l’histoire italienne, mais pas seulement, puisque c’est le visage du monde entier qui a changé. Pourtant, rien d’héroïque  dans ce parcours extraordinairement riche, qui commence par une partie de tennis interrompue : le 25 juillet 1943, à  Riccione, Luciana  Castellina  joue avec une amie, Annamaria, fille aînée    de Mussolini, que la police vient chercher. Le fascisme vient de tomber, c’est le début d’une ère nouvelle.

Ces années verront la jeune fille, issue d’une famille aisée, s’ouvrir au monde, et découvrir celui de l’art, mais surtout celui de la politique et de la solidarité.

Tout de suite après la guerre, avec des groupes d’étudiants, Luciana voyage : Paris, Prague et la Yougoslavie de Tito. Ce sera ensuite, à part
ir de 1947, l’adhésion au Parti communiste, d’où elle sera radiée après 24 ans de fidélité, avant d’y être réintégrée de 1985 à 1991.

Le plus frappant dans ce texte, est le dialogue sans concession, parfois teinté d’ironie, entre la femme d’aujourd’hui et l’adolescente en pleine mutation, dont le nombrilisme agace parfois la première .Ainsi l’explosion de la bombe d’Hiroshima ne la touche que de manière très abstraite, et ses jugements sur les hommes politiques sont tranchants. Mais peu à peu, le réel s’impose, bousculant les préjugés : les rencontres et les voyages lui ouvrent des horizons nouveaux, loin de l’étroitesse de la petite bourgeoisie italienne.

L’engagement au sein du Parti communiste est aussi l’occasion, pour elle de  connaître  l’u
nivers des  borgate, ces banlieues de Rome rendues célèbre par Pasolini, où tout était à construire en compagnie de ceux qui étaient les damnés de la société : chômeurs, prostituées.

Rien de passéiste dans ces pages écrites par une femme dont l’action ne s’est jamais démentie, et qui nous fait partager l’enthousiasme et la fièvre de cette époque. Une époque « de fer et de feu », mais aussi une époque de passions, durant laquelle bonheur individuel et bonheur collectif étaient indissociables.

Cette « découverte du monde » dont l’illustration de couverture montre une adolescente (Luciana Castellina elle –même) en maillot de bain, bondissant sur une plage, nous emporte et nous touche comme une leçon de rébellion permanente.

Date de création : 27/04/2013 @ 19:13
Dernière modification : 01/05/2013 @ 12:20
Catégorie : Rubriques - Nous avons lu pour vous...
Page lue 2397 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
KDryc
Recopier le code :
43 Abonnés
Le régard de F. Ferranti
Calendrier
 
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...